L'aventurier

L'aventurier

Poésie Française

                                                                          Félicitation     

                                                            Notre ami le poète

                                           Mouelhi Mohamed Faouzi vient de publier

                                                          son  premier recueil de poésie     

                                                     intitulé Arbres en langue française  

                                                         nous lui souhaitons du succès 

  vous pouvez publier vos poèmes ici

 

                        

                    

                       Gente dame  

 

 

Laisse- moi pénétrer ton âme

Pour la purifier

Laisse-moi te laver

Des souillures des années

Autrefois,

Coulait en toi la sève

Qui faisait notre joie

De tous les coins

De près comme de loin

On venait s'abreuver

De ton onde, élixir de la vie

Où Thétis, Néréide, épouse de Pelée

Plongea son fils Achille

Pour l'immortaliser

Mais, on t'a assassinée

Deux javelots pompeurs

Furent plantés dans tes seins

Jusqu'aux fins fons de tes confins                                                     

Et les barbares t'entourèrent

Comme un sinistre faux

Et remplissaient tes entrailles

De tous leurs maux

Arbres, vergers, verdures

Tous disparurent

Et la désolation n'entraîne que la mort

Le silence s'abat, le désarroi s'installe

La joie s'en va

Mais ton souvenir est toujours là

Ta sève que mon père et mes aïeux

Avaient bue

Monte en toi et me perce la vue

Je pointe vers toi, Gente dame

Laisse- moi t'aider

Laisse- moi pénétrer tes secrets

Je te tends la main

Prends la

Réveille toi

Secoue ta tristesse des années

Fais vivre le printemps

O !source de tous les temps

 Sois comme le phénix

Renais de tes cendres

                                                                                  Tajerouine le 18-07-1997

 

                              Un arbre un quartier

 

Un jour

On dira : il est passé par là

L'endroit a maintenant plus d'éclat

L'air est frais, on respire la santé

On sent le bonheur, la liberté

 

L'arbre chassé revient, tout content

S'épanouit dans les bras des enfants

Le palmier millénaire penche la tête

Admirant le retour de la fête

 

Autrefois,

Il y avait un arbre dans le coin

Le béton, la hache ont en pris soin

Tous on vu la mort de la beauté

Mais tous sont partis, la tête basse

 

Pourtant, au termes du désespoir

L'élu grandit, refusant le noir

Son cri a bel et bien retenti

Dissipant ainsi la léthargie

 

Alors

Ils se réveillent malgré le froid

Prennent leurs haches pour défendre leur droit

Et ils replantent, pour leurs petits

L'arbre, la joie, le bonheur, la vie

 

                            Mouelhi Mohamed Faouzi          

                                                             

                                                        Tunisie  Tajerouin 1998

 

 

                                                             Liberté

 

Du cumul des ténèbres

Des misères ingérées

Des coups de fouet, de fusil et de sabre

De l'enfance torturée

 

De la faim, de la peur, de la mort

Des volontés engourdies

De l'effroi, du viol, de l'injustice du sort

Des vertus ensevelies

Sont nés les mots tant désirés

 

De la flèche qui vibre

Du fleuret qui zèbre

De l'épée qui se cabre

 De la fronde qui timbre

Sont nés les mots tant désirés

 

Des légendes des siècles passés

De la bastille et des marques de fer

Du bourreau décapité

Des esprits de la lumière

Sont nés les mots tant désirés

 

Du font d'un bar

Des esprits enflammés

Jaillit toute une histoire

Inscrivant les mots tant désirés

 

Des années farouches

Des révoltes martyrisées

Des martyres tombés sous les cartouches

Des espoirs avortés

Sont nés les mots tant désirés

 

Des profondeurs de l'ennui

Des confins des injustices

Retentit strident un cri

Pour annoncer le futur miracle

 

Des écrits de Mohamed, du CHrist et de Salomon

Pour le salut des peuples

De l'union des nations

Pour défendre les opprimés et les faibles

Sont illustrés les mots tant désirés

 

Pour apaiser les souffrances ressenties

Des jours sans espoirs

Pour la foi des martins asservis

Pour la destinée de l'Afrique noire

Au nom de la splendeur des jardins

Du Sphinx et du Phare

Au nom des civilisation anéanties

A l'envahisseur des barbares

Au nom des peuples soumis

Nous brandissons les mots tant acclamés

 

Des mémoires des temps

De nos saints,de nos traditions renouvelées

De Carthage symbole des grands

Et de l'espoir retrouvé

Sont illustrés les mots tant désirés

En l'honneur des sacrifices de la mère

Des prières des grands pères

De l'amour de l'arbre et de l'enfant

 

Droit à l'immortalité

Pour touts ceux qui ont lutté pour incarner

Les mots tant désirés

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE…

 

                                                             Tajerouine le 14-5-1999

 

 

 



27/03/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres